Trophée Jules Verne 2004
Première tentative de Bruno Peyron / Orange II

18/02/2004 - Bruno Peyron : "Tout se passe bien depuis le départ, chacun se concentre sur la bonne marche du bateau"

11h30 ce matin, première vacation en direct avec le bateau Orange II depuis son PC Course parisien. Premières sensations, premiers mots après seulement quelques heures de course.

Bruno Peyron : « Nous sommes arrivés sur la ligne de départ dès 1h ce matin et sommes restés à la cape en attendant le petit jour et les conditions optimales pour couper la ligne à Ouessant. La lumière était magnifique, la météo idéale et une superbe glisse pour notre géant qui s’élance dans son premier Trophée Jules Verne. Tout le monde était sur le pont lors du départ pour ne rien manquer de ce moment d’émotion que constitue l’envol d’un tour du monde à la voile. J’étais à la barre lors du passage de la ligne, puis Yann (Elies) a pris la relève quelques instants avant de la laisser à Klabbe (Nylof) qui sera notre 3e chef de quart au poste que devait occuper Hervé Jan. Tout se passe bien depuis le départ, chacun se concentre sur la bonne marche du bateau qui file en ce moment à plus de 28 noeuds. Nous avons 20 noeuds de vent de nord-est, ce qui nous permet de marcher entre 25 et 30 noeuds en permanence depuis le départ. Ce matin, nous avons regardé les dernières cartes météo avant de nous élancer. Pour les prochaines 24 heures, nous devrions avoir de très bonnes conditions jusqu’à trouver demain cette dépression située en face du Portugal. Ce sera un moment délicat car le vent est faible derrière elle. Aussi, notre objectif n’est pas de battre absolument le premier temps de passage à l’Equateur. On va essayer de mettre moins de 7 jours, mais rien n’est jamais gagné d’avance. Notre premier objectif est de nous sortir le plus vite possible de cette zone de l’hémisphère nord ».
Retour avant le 22 avril ?

Parti ce matin à 8h 41m 00s (heure française), pour battre le record absolu du tour du monde, qu’il détient depuis mai 2002 (64 jours, 8 heures et 22 minutes), Bruno Peyron doit ramener son équipage à Ouessant avant le 22 avril prochain à 17 heures 17 minutes et 24 secondes. Curieusement, l’actuel et double détenteur du Trophée Jules Verne avait bouclé son premier tour du monde (Trophée Jules Verne 1993), un certain 20 avril. « Oui, ce serait joli d’arriver à cette date. C’était une beau jour et une date qui a laissé un bon souvenir. Ce ne sera pas notre objectif prioritaire d’arriver le 20 avril, mais un objectif sûrement symbolique ».

Bruno Peyron a aussi indiqué qu’il n’étudiait pas trop la route suivie par Steve Fossett et l’équipage de Cheyenne. « Nous naviguons dans des systèmes différents et même s’il a un peu de retard sur notre record de 2002, il devrait logiquement nous reprendre 48 heures dans les deux semaines qui viennent. Cheyenne se trouve en ce moment à l’endroit où nous avions été très ralentis lors de notre voyage en 2002. Quoiqu’il arrive, ce sera un beau duel à observer à distance ».
 
 
19/02/2004 - Trophée Jules Verne : Bruno Peyron fait demi-tour après une journée de mer

Depuis son départ de Ouessant hier matin à 8h41 locale (7h41 GMT), le maxi-catamaran Orange II a passé une première journée de course époustouflante. Près de 580 milles (+ de 1000 kms) parcourus durant les premières 24 heures avec des moyennes proches de 25 noeuds et des surfs à plus de 30 noeuds, démontrant l’énorme potentiel de ce nouveau géant hors normes. Après 24 heures de course, Orange se trouvait déjà ce matin au large des côtes portugaises et en avance sur son propre chrono réalisé en 2002 lors de sa victoire dans le Trophée Jules Verne.

Hélas, tôt ce matin (aux alentours de 6h GMT — 7h locale), alors qu’Orange II naviguait à plus de 30 noeuds de vitesse, un incident technique est intervenu à bord. Après concertation avec son équipage, Bruno Peyron a pris la décision de faire demi-tour et de mettre à nouveau le cap sur les côtes bretonnes. Bruno Peyron : " Ce qui nous est arrivé ne nous permet pas de continuer la course mais nous sommes encore suffisamment proches du départ pour pouvoir revenir, réparer notre avarie et reprendre un départ. Le problème actuel est que nous nous trouvions dans de conditions de vent et de mer exceptionnelles pour continuer notre glisse au portant, et que nous allons devoir maintenant remonter au près contre un vent de 35 noeuds ".


20/02/2004 - Trophée Jules Verne : L’avarie d’Orange : crash box tribord arrachée !

Bruno Peyron, skipper du maxi-catamaran Orange II a révélé lors de la vacation radio de ce matin, l’avarie intervenue hier lors de sa première journée de course.

Bruno Peyron : « L’incident est arrivée hier matin alors que nous naviguions à pleine vitesse. Nous nous sommes aperçus au petit matin que nous avions perdu une partie de la crashbox tribord du bateau sur 30 cm. Cela a dû se passer entre 4 et 8 h du matin. On est absolument sûr de n’avoir rien heurté car on l’aurait senti à la barre, donc on n’a pas d’explication précise sur la cause de cette avarie. C’est une partie très délicate à construire qui a peut-être besoin d’être un peu renforcée. Nous allons étudier ce problème avec les équipes d’architectes pour réparer au plus vite et pouvoir repartir. Nous avons donc pris la décision ce matin de faire route sur Lorient que nous espérons atteindre dimanche. »

Source : http://seasailsurf.com