Actualités

Actualités
Présentation
Histoire
Règlement
Le Trophée
Palmarès
Records et
tentatives
Partiels et
statistiques
Vidéos

Records
1993
1997
2004
2010
2017
1994
2002
2005
2012
 



Yann Guichard
tentative 2019
Spindrift 2
Équipage
Profil et fiche
technique
La tentative
au jour le jour
 



Francis Joyon
record 2017
Idec Sport
Équipage
Profil et fiche
technique
Le record
au jour le jour
Cartographie
Passage
de la ligne
Interview
Brest

Temps partiels
Jules Verne
depuis Ouessant
Équateur
Cap Bonne
Espérance
Cap des
Aiguilles
Cap
Leeuwin
Tasmanie
Anti-
méridien
Cap
Horn
Équateur
Ouessant
2011/2012
Loïck Peyron
Banque Pop. V
5j 14h
55m 10s
11j 21h
48m 18s
11j 23h
49m 18s
17j 23h
57m 18s
20j 7h
11m 33s
22j 11h
34m 12s
30j 22h
18m 48s
38j 2h
45m 48s
45j 13h
42m 53s
2015/2016
Yann Guichard
Spindrift 2
4j 21h
45m(1)
11j 22h
4m 2s
12j
2m 2s
18j 11h
25m 2s
20j 4h
37m 2s
22j 7h
43m 2s
30j 4h
7m 2s
39j 13h
31m 2s
47j 10h
59m 02s
2016/2017
Francis Joyon
Idec Sport
5j 18h
59m
12j 19h
28m
12j 21h
22m
17j 6h
59m
18j 18h
31m
20j 7h
4m
26j 15h
45m
35j 4h
9m
40j 23h
30m 30s
2019
Yann Guichard
Spindrift 2
4j 19h
57m
               
(1) Après ajustement technique, le WSSRC a validé un temps légèrement supérieur à celui publié par l'équipe.

Temps partiels
hors Jules Verne

depuis Ouessant
Équateur
Cap Bonne
Espérance
Cap des
Aiguilles
Cap
Leeuwin
Tasmanie
Anti-
méridien
Cap
Horn
Équateur
Ouessant
2017
François Gabart
Macif
(solitaire)
5j 20h
45m
11j 20h
10m
11j 22h
20m
19j 14h
10m
21j 12h
23j 05h
08m
29j 03h
15m
36j 01h
30m
42j 16h
40m 35s
Les meilleurs temps, toutes catégories confondues, figurent en caractères gras..

Cartographie - Points de passage - Graphiques

23/01/19
  Après le pain blanc...
 
Les choses semblent devoir se compliquer pour Spindrift 2, dans les prochaines 48 heures, avec le franchissement relativement délicat d'une zone anticyclonique, tant en ce qui concerne la force du vent, que son orientation. Le trimaran pourrait être obligé de tirer largement dans l'ouest, jusqu'à la longitude 34° W, pour trouver une porte de sortie en direction des 40e rugissants.

Faute d'informations précises de la part de la team, nous devons nous contenter d'un routage amateur, à prendre avec de très grosses de pincettes, qui donne un franchissement du cap de Bonne Espérance le 29 janvier 2019, vers 6h TU. soit dans un temps légèrement inférieur à celui d'Idec Sport.
 

23/01/19
  Objectif Bonne Espérance
 
Le prochain objectif est désormais la pointe de l’Afrique du Sud : Francis Joyon et son équipage avait franchi la longitude du cap des Aiguilles après 12j 21h 22' de mer. Or avec 23h 02’ d’avance sur ce premier tronçon, Yann Guichard et ses hommes peuvent espérer conserver une petite demie journée d’avance avant d’entamer l’océan Indien.

Le même trimaran alors sous les couleurs de Banque Populaire en 2012, avait mis un tout petit peu moins de douze jours depuis Ouessant (11j 23h 50’). Il reste environ 3 200 milles à Spindrift 2 pour atteindre cette longitude : le trimaran noir et or a déjà aligné 26 nœuds de moyenne depuis son départ de Ouessant, soit plus de 620 milles par jour, traversée du Pot au Noir incluse !

Bilan du jour 7 : distance s/ 24h : 622.4 mn - moyenne : 25.9 nds - avance : 545.5 mn - reste à parcourir : 18438.30 mn
 

22/01/19
  Désirs d'avenir
 
Yann Guichard et l’équipage de « Spindrift » sont entrés dans l’Atlantique Sud lundi après seulement 4 jours et 19 heures de mer : un nouveau record. Ce mardi matin, ils progressent vers le Cap Bonne Espérance (à 2 900 milles des étraves du maxi noir et or) à 25 nœuds de moyenne dans un vent d’est d’une douzaine de nœuds. Ils possèdent 414 milles d’avance sur le temps de référence de Francis Joyon. Après une petite séance bricolage pour un winch récalcitrant, François Morvan et Sam Goodchild ont repris les réglages pour faire avancer la «bête».

Il faut, avant de passer dans les mers du sud, franchir l’anticyclone de Sainte-Hélène. Ce mardi matin, les douze hommes sont au large des côtes brésiliennes et a priori l’anticyclone n’a pas l’air très méchant et surtout semble se décaler vers l’est en leur ouvrant une jolie porte pour foncer vers le cap de Bonne Espérance. Une bonne nouvelle pour ceux qui savent devoir arriver dans les mers du sud avec un maximum d’avance sur son concurrent virtuel. En effet, Francis Joyon et l’équipage d’« Idec » avaient connu des conditions idéales ou presque pour franchir l’Indien et le Pacifique… Affaire à suivre.

Source : letelegramme.fr

Bilan du jour 6 : distance s/ 24h : 566.4 mn - moyenne : 23.6 nds - avance : 491.2 mn - reste à parcourir : 18891.6 mn
 

21/01/19
  Le Pot au Noir
 
Yann Guichard : « On a commencé à rentrer dans le Pot au Noir vers 2° Nord : il n’était pas très actif, ce qui ne nous a pas facilité sa traversée avec très peu de brise… Même les grains n’étaient pas très ventés. C’était surtout sympa d’avoir la pleine lune au passage de l’équateur : nous avons même vu l’éclipse ! C’était magnifique pendant une bonne heure… Tout le monde a pris le rythme et la modification de la casquette est vraiment un bonus : on est nettement plus à l’abri. La descente jusqu’à l’équateur n’a pas été une route simple : il a fallu enchaîner les empannages et passer au travers des archipels des Canaries et du Cap-Vert. On a eu une mer assez difficile avant ces deux groupes d’îles.

On doit sortir complétement du Pot au Noir vers 2° Sud, et ensuite, nous allons devoir faire le grand tour de l’anticyclone de Sainte-Hélène qui se reforme dans l’Est : nous allons devoir faire du Sud pendant un bout de temps jusqu’au 37°Sud avant de tourner à gauche vers l’océan Indien. Cela nous rallonge la route, surtout que nous devrons traverser une zone de petit temps dans trois jours. Mais ensuite, nous toucherons du vent de Nord-Ouest favorable. Ce sera finalement une descente assez lente… mais nous devrions toujours être un peu en avance par rapport à Francis Joyon et son équipage au passage du cap des Aiguilles. »

Jean-Yves Bernot, routeur à terre : « Spindrift devrait en avoir fini avec le pot au noir dans l’après-midi du 21. Le pot au noir s’est montré raisonnable : le " trou de souris " entrevu dès les Iles du Cap Vert ne s’est pas refermé. Encore quelques grains vers 1° S avant de toucher les alizés de sud-est, bien installés pour 15-20 kt. Ils sont accompagnés d’une mer jeune, nerveuse, 2 à 2,5 m qui se fait sentir à ces allures de bon plein.

Ce sera le tarif jusque 20° S atteint Mercredi prochain. Ensuite, on parle de Sainte-Hélène, l’anticyclone bien sûr. C’est l’été dans l’Océan australe, et l’anticyclone prend ses aises jusque 35 S. Il n’y a guère d’autre choix que de descendre jusque 40 S en se faisant discret pour éviter d’éventuelles extensions sans vent vers la côte d’Amérique du sud. C’est ainsi que se fâchent les anticyclones : en engluant les bateaux à voile dans des calmes exaspérants…
»

Bilan du jour 5 : distance s/ 24h : 514.1 mn - moyenne : 21.4 nds - avance : 212.90 mn - reste à parcourir : 19326.6 mn
 

21/01/19
  Équateur
 
En franchissant la latitude 0° N/S, le lundi 21 janvier 2019 à 7 heures et 45 minutes (TU), après 4 jours, 19 heures et 57 minutes de navigation depuis Ouessant, Yann Guichard et ses onze équipiers ont fait leur entrée dans l'hémisphère sud.

À ce stade, Spindrift 2 compte 23 heures et 2 minutes d'avance sur Idec Sport, son concurrent virtuel

Yann Guichard améliore son propre record WSSRC de l'atlantique Nord, sur la distance Ouessant / Équateur, de 1 heure et 48 minutes.
 

20/01/19
  Îles du Cap Vert
 
Tweet de Yann Guichard : « Il commence à faire chaud dans la cabane! Passage entre les îles du Cap Vert vers 17h45. (heure Française) »

Tweet de Thierry Chabagny : « Ça monte et ça descend... Pleine balle vers le sud et les températures deviennent plus qu’acceptables. L’eau dépasse les 20 degrés maintenant. A la barre on se réhabitue à la bête... Toujours sensible malgré sa taille, concentration de rigueur. Bref, tout roule à bord de Spindrift 2. »

Tweet de Yann Guichard : « Au petit matin par 9 Nord. Route plein Sud, ETA équateur demain fin de matinée! »

Bilan du jour 4 : distance s/ 24h : 747.1 mn - moyenne : 31.1 nds - avance : 223.4 mn - reste à parcourir : 19822.3 mn
 

19/01/19
  Point météo
 
Jean-Yves Bernot, routeur à terre : « La situation météo est agréable : l’anticyclone Atlantique est solide au sud des Açores. Les alizés sont installés dès la ltitude de Madère : 20-25 kt de secteur Nord- Nord Est. Quelques grains pour agrémenter le paysage. Il devrait en être ainsi pour les 2 ou 3 prochains jours.

La trajectoire au portant serait toute simple s’il ne trainait des « cailloux » sur la route : Islas Salavagens, petit Archipel perdu entre Madère et Canaries qui a imposé un empannage cette nuit.

Dans le milieu de la journée, Spindrift traversera le nord des Canaries en jouant avec les iles au nom de vacances : Tenerife, La Palma, Gomera, Hierro. Pour les marins, on parlera aussi de gestion des dévents et renforcements au voisinage de ces iles élevées.

Ce soir, empannage puis route vers l’équateur via les Iles du Cap Vert dans l’alizé bien établi.

Pour le moment, “so far, so good” : Spindrift est toujours en avance sur le temps d’Idec…
»

Bilan du jour 3 : distance s/ 24h : 654.5 mn - moyenne : 27.3 nds - avance : 208.9 mn - reste à parcourir : 20524 mn
 

18/01/19
  Les Canaries
 
Yann Guichard : « On arrive aux Canaries, on va être en vue de Ténériffe d’ici quelques minutes.

Tout va bien. Le début a été sportif avec du rythme car il y a eu pas mal d’empannages à faire. Là on va passer dans les îles pour garder la pression car au large il n’y a pas trop d’air. C’est vrai que cela fait beaucoup de manœuvres mais sinon tout va bien.

L’alizé est super instable. On a navigué entre 18 et 28 nœuds et ce matin on a moins d’air. Ça avance bien mais c’est assez éprouvant car ce n’est vraiment pas régulier en intensité et très variable. En ce moment ça oscille entre 18 et 23 nœuds.

Tout le monde est bien dans le rythme et prend ses marques. C’est parti vite et on va arriver vite à l’équateur.

On n’a pas vraiment regardé le temps, on est concentré aujourd’hui sur les Canaries mais ça peut faire une ETA le 21 au matin. Après il y a le pot-au-noir à passer, il n’a pas l’air très actif mais il est quand même assez large, on peut y perdre quelques heures.

Les prochaines 12h, il y aura pas mal d’empannages pour parer les îles. On va passer entre Ténériffe et La Palma et ensuite, un dernier empannage dans l’ouest des Canaries et après c’est tout droit jusqu’au pot-au-noir.

Dur à dire si on peut battre ou non notre propre record de l’équateur. Il faut déjà que l’on sorte de ces îles et demain on pourra voir les temps.
»

Bilan du jour 2 : distance s/ 24h : 604.7 mn - moyenne : 25.2 nds - avance : 113 mn - reste à parcourir : 21142.6 mn
 

17/01/19
  Une bien belle fenêtre
 
Après 20 heures de mer, les douze hommes du maxi noir et or naviguent au large des côtes portugaises. D’entrée, Ils sont rapidement allés chercher un flux de nord-ouest d’une vingtaine de nœuds qui les accompagne encore ce jeudi matin. Ils ont fait l’intérieur du DST du Cap Finisterre et ont déjà 131 milles d’avance sur le tableau de marche de Francis Joyon.

En moins de 20 heures, ils ont avalé 604 milles. Le skipper morbihannais avait bien dit que jusqu’à l’équateur qu’ils espèrent franchir d’ici lundi prochain c’est-à-dire en moins de cinq jours-, les conditions étaient presque parfaites. Pour le moment, ils sont bien dans le rythme. A 17 heures ce jeudi, ils avaient toujours 133 milles d’avance. Mais ça ne fait que commencer.

Source : letelegramme.fr

Yann Guichard sur Twitter : « Erwan à la navigation. Plusieurs empannages prévus pour rester dans le couloir de vent. Canary Islands demain matin ! »

Bilan du jour 1 : distance s/ 24h : 719 mn - moyenne 30 nds - avance : 152.8 mn - reste à parcourir : 21747 mn
 

16/01/19
  Jusqu'à l'équateur, ça s'annonce bien
 
Yann Guichard : « Jusqu’à l’équateur, ça s’annonce bien ! Les alizés sont bien installés : on devrait mettre moins de cinq jours pour aller à l’équateur. Ensuite, il y a toujours des inconnues dans l’Atlantique Sud mais on espère atteindre l’Afrique du Sud autour de douze jours, douze jours et demi.

Ce tour du monde, c’est aussi un passage de saisons à vitesse grand « V » ! On part dans du Nord-Ouest avec du crachin, aux Canaries on sera dans l’alizé avec 30°C, à l’équateur il fera 40°C et trois jours après, on est dans les Quarantièmes, dans le Grand Sud avec trois semaines assez soutenues et fraîches. C’est un beau voyage…

Une des difficultés, c’est l’anticyclone de Sainte-Hélène dans l’Atlantique Sud qui parfois barre la route. Après, ce n’est pas un problème de faire le grand tour s’il y a du vent parce que les bateaux actuels vont vite. Mais le Grand Sud, c’est tout de même au minimum quinze jours de grand froid et d’humidité ! Ce sont aussi des paysages magiques, des endroits incroyables à vivre en équipage…

On est un peu plus léger que la dernière fois et c’est aussi pour cela que nous ne sommes que douze. Potentiellement, en-dessous de vingt nœuds, nous avons un très léger déficit, mais au-dessus Spindrift 2 est plus rapide qu’avant ! On peut tenir des moyennes supérieures à 35 nœuds si la mer reste maniable…
»
 

16/01/19
  Top départ
 
Le trimaran Spindrift 2 a franchi la ligne de départ du Trophée Jules Verne le mercredi 16 janvier 2019 à 11 heures, 47 minutes et 27 secondes TU (12h 47m 27s heure locale).

Le record à battre, d'une minute, a été établi le jeudi 26 janvier 2017, par Francis Joyon, à bord d'Idec Sport, en 40 jours, 23 heures, 30 minutes et 30 secondes.

Pour remporter le challenge, Spindrift 2 et son équipage devront donc avoir parcouru les 22 461 milles nautiques du parcours orthodromique avant le mardi 26 février 2019 à 11 heures, 16 minutes et 57 secondes TU (12h 16' 57" heure locale).

16/01/19
  Spindrift 2 a quitté le ponton à 8h30
 
Photos © Lenaïg L'Aot-Lombart

15/01/19
  Derniers préparatifs au port du Château
Photo © Yannick Le Bris pour photos-de-navires.fr

15/01/19
  Conférence de presse sur le ponton

14/01/19
  Spindrift 2 est passé en code Vert : départ dans les 24 heures
 
Yann Guichard : « On est en stand-by depuis le 5 novembre et il n’y a eu aucune opportunité de partir pour le tour du monde : je n’ai jamais vu un hiver comme celui-là ! Là, on devrait franchir l’équateur après cinq jours environ : on risque de partir en avant d’un front, donc au près en bâbord, ce qui est un peu atypique. Car si on attend le passage du front, on pourrait se faire manger par l’anticyclone des Açores. On devrait ainsi quitter les pontons du port du Château dans l’après-midi de mardi pour rejoindre Ouessant et partir au cœur de la nuit, entre minuit et trois heures : on va affiner tout cela…

Il reste l’inconnu du Pot au Noir mais à cette période, c’est souvent pas mal et là, on voit que les alizés sont plutôt parallèles entre le Nord et le Sud. Et l’Atlantique Sud n’est pas bloqué. Mais à dix jours, les prévisions sont moins fiables. On espère être dans le bon timing pour attraper une dépression au large du Brésil. Il serait bien d’avoir une journée d’avance à l’entrée de l’Indien… océan que Francis Joyon avait traversé dans des temps records et il sera difficile de faire mieux.

Nous sommes douze à bord contre quatorze en 2015, mais on a aussi un mât plus petit. En dessous de vingt nœuds de vent, on est moins performant en VMG. Il nous faut donc des conditions un peu plus soutenues : les phases de transition risquent d’être un peu plus difficiles s’il faut faire du VMG. Sur le papier, le trimaran a au moins le potentiel du multicoque de Joyon, voire plus dans certaines conditions : avec une météo semblable à la sienne, nous sommes capables de battre le record. Maintenant, il faut que toutes les étoiles s’alignent…
»

Composition de l'équipage : Yann Guichard, skipper; Erwan Israël, navigateur; Jacques Guichard, chef de quart / barreur-régleur; Christophe Espagnon, chef de quart / barreur-régleur; Xavier Revil, chef de quart / barreur-régleur; François Morvan, barreur-régleur; Thierry Chabagny, barreur-régleur; Sam Goodchild, barreur / numéro un; Erwan Le Roux, barreur-régleur; Duncan Späth, barreur-régleur; Benjamin Schwartz, barreur / numéro un; Jackson Bouttell, barreur / numéro un.

Routeur à terre : Jean-Yves Bernot

Source : spindrift-racing.com
 

13/01/19
  Spindrift 2 est passé en code Orange : départ mercredi ?

11/12/18
  Spindrift 2 est amarré à Brest
Photos © Yannick Le Bris pour photos-de-navires.fr